Focus sur 3 phobies « culturelles » qui peuvent dérouter

Une phobie est une peur irrationnelle de quelque chose qui crée un sentiment d’anxiété intense. De nombreux types de phobies sont communs à tous les groupes, transcendant l’âge, le sexe, la culture et le statut socio-économique. D’autres phobies, en revanche, apparaissent presque exclusivement au sein de groupes culturels particuliers.

Nous examinerons ici trois phobies spécifiques à une culture (ou des conditions qui s’apparentent à des phobies) qui semblent être propres à la culture de ceux qui en seraient atteints : ataque de nervios, taijin kyofusho et koro.

L’Ataque de Nervios

La réaction de peur connue sous le nom d’ataque de nervios apparaît presque exclusivement chez les Hispaniques, en particulier les Portoricains et les Dominicains. Elle est beaucoup plus répandue chez les femmes que chez les hommes. Les symptômes sont les suivants :

    • Cris incontrôlables
    • Des pleurs incontrôlables
    • Incapacité à se déplacer
    • Évanouissement
    • Secouer les bras et les jambes
    • Sentiment de chaleur
    • Palpitations
    • Perte de mémoire

Ataque de nervios est une phobie qui partage de nombreux symptômes avec une crise de panique ou une phobie. Cependant, les crises de panique ont tendance à se produire dans des situations qui ne sont pas intrinsèquement effrayantes et une phobie est définie comme une peur irrationnelle de quelque chose de spécifique. Il s’agit d’une perte totale de contrôle, aussi la culture hispanophone associe cette « ataque » à des envies suicidaires et à un état psychiatrique proccupant.

Taijin Kyofusho

L’état connu sous le nom de taijin kyofusho apparaît presque exclusivement chez les personnes d’origine japonaise et coréenne, et beaucoup moins souvent chez les autres cultures asiatiques. Cette condition est presque un renversement exact de la phobie sociale. Plutôt que la peur d’être gêné par les autres, elle est marquée par la peur de son apparence, de son corps physique ou de ses actes qui offensent les autres.

Le Taijin kyofusho est un trouble reconnu au Japon mais ne répondant pas précisément aux critères d’un diagnostic particulier dans la culture occidentale, les professionnels de la santé d’ici le traitent généralement comme une phobie sociale.

Koro

Koro est une phobie spécifique aux hommes asiatiques. C’est la peur que les organes génitaux se rétractent dans le corps, ce qui peut entraîner la mort.

La koro est inhabituelle dans la pensée occidentale car elle implique des éléments de plusieurs types de troubles. Le fait qu’il produise une peur extrême en fait un trouble anxieux, et comme il s’agit d’un symptôme physique étrange, il peut être qualifié de trouble somatoforme. Parce qu’un tel état physique est inconnu, la koro peut également être considérée comme un trouble délirant.

La koro répond à de nombreux critères du DSM-5 pour une phobie, mais pas à tous. Il est classé comme un « trouble connexe » dans la catégorie des troubles obsessionnels compulsifs et connexes du DSM-5.

Que nous apprennent ces phobies culturelles ?

Ces pathologies poussent les spécialistes à s’interroger sur les peurs collectives et sur l’histoire de ces phobies « partagées ». Au-delà des peurs individuelles, ces pulsions font l’objet de nombreuses études actuellement. La culture seule ne peut prétendre expliquer en totalité ce partage des phobies : peut-être que tous ces maux existent pour l’ensemble des populations humaines, mais que la nomenclature, qui diffère d’un pays à un autre, empêche de les rapprocher ?

Alors que nous nous dirigeons vers une société mondiale, les professionnels de la santé mentale de toutes les cultures travaillent avec des clients dont la vision du monde est très différente de la leur. Seule une recherche continue nous permettra de comprendre comment la culture peut avoir un impact sur l’anxiété afin que nous puissions avoir une image plus complète de la santé mentale mondiale.